Trobairitz PDF

Occitanie, au trobairitz PDF de la haute noblesse occitane. Puis, il s’est répandu par la suite dans d’autres couches sociales et s’est étendu au nord de l’Italie et de l’Espagne.


Författare: Angelica Rieger.
Die Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie zählen zu den renommiertesten Fachpublikationen der Romanistik. Sie pflegen ein gesamtromanisches Profil, das neben den Nationalsprachen auch die weniger im Fokus stehenden romanischen Sprachen mit einschließt. In der Reihe erscheinen ausgewählte Monographien und Sammelbände zur Sprachwissenschaft in ihrer ganzen Breite, zur mediävistischen Literaturwissenschaft und zur Editionsphilologie.

Les troubadours ont participé activement à la vie sociale, politique et religieuse de la société de l’époque. Les thèmes abordés dans les chansons des troubadours portent principalement sur la chevalerie et l’amour courtois. L’image d’Épinal du frivole poète courtisan ou du baladin à grelot n’a qu’un très lointain rapport avec la réalité. Le baladin à grelots était plutôt le rôle des bateleurs et jongleurs qui accompagnent le troubadour et parfois chantent leur composition à leur place. Cette aire correspond à celle qu’on appelle aujourd’hui l’Occitanie. Les trouvères et trouveresses sont leurs équivalents de langue d’oïl au nord de la France.

Les Minnesängers sont leur équivalent germanique. Les thèmes les plus connus sont épiques, avec la vie des chevaliers, et lyriques avec la poésie courtoise. Ils sont aussi très souvent satiriques et comiques, moraux ou religieux, et même juridiques ou politiques comme l’Histoire de la guerre de Navarre de Guillaume Anelier. La poésie des troubadours est une littérature poétique en vers réguliers, destinée à être chantée, voire mise en dialogues et en saynètes. Le troubadour est défini comme celui qui sait trouver des vers et composer les musiques, il correspond à l’idée actuelle d’inventeur ou de créateur. Le troubadour était à la fois celui qui maitrisait l’art poétique, et qui composait des mélodies pour accompagner le texte.

Le mot troubadour, au sens strict, désigne les poètes du Moyen Âge s’exprimant en langue occitane. Nostre Dame, Vies des anciens poetes provençaux, p. Vie de saint Léger, édition J. Vie de saint Alexis, édition Chr. Wace, Roman de Brut, édition I. Cependant des historiens, des spécialistes de la littérature ou des musicologues considérant une possible origine arabe de l’art des troubadours proposent aussi un étymon arabe au terme de trobar : dès 1928, l’arabiste espagnol Julián Ribera y Tarragó a émis l’hypothèse d’une origine arabe au mot trobar et ses proches parents, du moins dans son usage spécialisé de  composer des vers, chanter, etc. Ce lexème aurait été emprunté par les dialectes romans parlés en Andalousie, lors de l’occupation de l’Espagne par les arabes, puis en catalan et en occitan.

La langue des troubadours était la lenga romana, langue romane, terme toujours utilisé par les chartistes pour désigner la langue des textes profanes du Moyen Âge de ces régions, qu’ils soient poétiques ou non. On lui préfère actuellement l’appellation d’ancien occitan. Chanson de sainte Foy d’Agen et le Poème sur Boèce. Il est difficile de localiser l’origine de l’ancien occitan qui partage des analogies avec le limousin et le languedocien. Quatre hypothèses ont été avancées pour l’origine de la koinê des troubadours: les origines limousine, poitevine, narbonnaise, et centraliste.

La nature limousine de la koinê a été longtemps défendue par les romanistes, du fait qu’elle partageait plusieurs caractères graphiques avec le limousin, notamment des phonèmes en cha et en ja présent dans chantar et jauzir par exemple. L’origine poitevine s’établit à partir de la figure de Guillaume IX le premier troubadour qui était de Poitiers. Les philologues Heinrich Morf et Giulio Bertoni, furent les principaux promoteurs de la thèse selon laquelle l’occitan des troubadours était originaire de la région du bas Languedoc et plus précisément de Narbonne. Elle comprend l’origine de la langue des troubadours dans l’ensemble plus général de la scripta occitane. C’est aussi un jeu galant codifié qui devait éprouver la fidélité du prétendant pour sa dame.

Aliénor d’Aquitaine qui joua un rôle considérable dans la diffusion de l’idéologie de l’amour courtois. Les anciennes recherches sur l’histoire des troubadours se concentraient sur la détermination de leur origine. Aucune thèse n’a jamais fait consensus dans ce domaine. Les troubadours apparaissent au moment de la première croisade, et leur déclin s’amorce avec la croisade des Albigeois. L’unique chanson de la trobairitz Beatritz de Dia qui ait survécu avec sa musique.

Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ? Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Nouveau dictionnaire étymologique Larousse, éditions Larousse 1980, p. Albert Dauzat, Henri Mitterand, Jean Dubois, Op. María Rosa Menocal, The Arabic role in medieval literary history: a forgotten heritage, 1990, préface p.

Richard Lemay,  À propos de l’origine arabe de l’art des troubadours , Annales. Jacques Allières, La formation de la langue française, coll. Occitanie terre de fatalité: tome III Troubadours et spiritualités p. Des troubadours et des cours d’amour, page VII , sur archive. Le rayonnement des troubadours, actes du colloque de l’Association Internationale d’Études Occitanes, 1995.

This entry was posted in Kinderbücher. Bookmark the permalink.