Daphne’s Diary PDF

Please forward this error screen to 89. Elle est aussi la petite-fille de Diana Mitford, l’une des six sœurs Mitford, qui défraie la chronique dans les années 1930-1940 en divorçant du grand-père de Daphne, Bryan Guinness, et en épousant daphne’s Diary PDF second mari, Sir Oswald Mosley, qui était germanophile. Cadaqués, en Catalogne espagnole, village où son grand-père Denis Lisney et sa grand’mère, tous deux britanniques, s’étaient installés dans les années cinquante avec leurs deux enfants Suzan et Patrick.


Författare: Busse Seewald.
„Daphne’s Diary“ ist das erste Buch zur gleichnamigen und international erfolgreichen Zeitschrift. Darin gewährt die fiktive Person Daphne ihren Leserinnen exklusive Einblicke in ihr liebevoll gestaltetes Tagebuch und lädt sie ein in ihre kreative Welt rund um die Themen Wohnen, Garten, DIY, Reisen, Essen und Shoppen. Lassen Sie sich von Daphnes persönlichen Anekdoten, Erlebnissen und Ideen inspirieren und erfahren Sie unter anderem, wie Sie Ihr Zuhause im romantisch-nostalgischen Stil dekorieren, Möbelstücken den angesagten Vintage-Look verleihen oder welche Urlaubsziele immer eine Reise wert sind. Mit vielen tollen Extras wie Postkarten, Aufkleber oder Geschenkanhänger.

Au milieu des années 1980, elle s’installe à New York avec sa sœur Catherine Guinness, qui travaillait avec Andy Warhol. Elle en divorce douze ans plus tard. L’accord du divorce avec le père de ses enfants se solde par une somme de quarante millions de dollars venant s’ajouter à une fortune familiale déjà considérable, évaluée à plusieurs centaines de millions de dollars. Je me vois plus comme une  bohémienne . Elle est restée proche de la dernière survivante des sœurs Mitford, Deborah, duchesse de Devonshire, qu’elle a accompagnée, en novembre 2010, lorsqu’elle vint, à New-York, faire une tournée de conférences pour la promotion de son livre Wait for me! Daphne Guinness se considère comme une figure importante du monde de la mode, une  fashion face . C, la marque Akris la choisissent comme égérie publicitaire.

Naomi Campbell dans le but de lever des fonds pour les veuves et les mères isolées à Haïti. En avril 2008, elle organisa, dans la prestigieuse  Gallaria , à Essex, une vente aux enchères d’une partie de sa garde-robe. Le produit de la vente alla intégralement à une organisation charitable nommée Womankind et qui se consacre à améliorer le sort des femmes dans les pays en voie de développement mais aussi dans le Royaume-Uni. Elle est la muse de plusieurs photographes reconnus.

This entry was posted in Jugendbücher. Bookmark the permalink.